/ / Fin avril… Où en est-on?

Fin avril… Où en est-on?

with 4 commentaires

Ca fait un petit moment que l’on a pas vu de nouveaux posts sur le blog me direz vous…. C’est vrai. La raison principale c’est que beaucoup de choses en suspend sont entrain de se finaliser. Et pour se racheter, nous avons ouvert la page Facebook du projet Maison-Ozalée pour étendre notre réseau et partager nos convictions, coups de coeurs et désaccords. Ce média est plus adapté au partage d’informations courtes que ce blog, que l’on réserve pour le projet en lui-même. Mais nous nous efforcerons et vous suggerons de garder la passerelle ouverte entre les deux.

ozalee FB

Je vais essayer de faire le tour des fameuses “choses en suspend” qui sont presque bouclées ou qui vont bientôt aboutir.

– Les plans sont définitifs! (à quelques détails de construction prés, genre la hauteur d’un muret, la taille d’une alcove ou l’aménagement d’un placard). Vous pouvez les trouver en cliquant ici -> PLANS AVRIL. Vous pouvez faire des commentaires, mais on ne changera (presque) plus rien à ce stade! 😉 mais, on en prend note pour un futur projet ou pour transmettre aux futurs constructeurs, des choses auquels on aurai pas pensé!

-Un ingénieur en structure (Ann Winckelmann) s’est intégré à l’équipe il y a plusieurs semaines. L’analyse de la fondation (ils ont fait un trou dans la dalle pour voir a quoi ressemblait le dessous des murs) a confirmé sa solidité et sa capacité à soutenir la maison et son étage sans avoir besoin de mur porteur au centre. Cela a permis de simplifier les plan du rez-de-chaussé (RDC) en supprimant notamment les poteaux. Des poteaux sont présents au sous sol pour soutenir le plancher du RDC que nous conservons.

Ces poteaux en moins ont permis de réduire la taille de la cuisine au profit de la salle a manger. Nous avons aussi peaufiné les plans des 2 salles de bain. En haut, les 3 chambres trouvent maintenant une bonne unité en étant toutes alignées au sud avec de belles ouvertures toutes au sud également, qui les rendrons agréables. Les salles plus techniques (buanderie et salle de bain) se retrouvent au nord pour un meilleur effet tampon pour le froid hivernal. La salle de bain du haut, la cuisine au RDC et la salle technique au sous-sol sont ainsi “empilées”. Cela simplifie la plomberie et diminue la distance de tuyau permettant d’économiser de l’eau chaude à chaque ouverture des robinets.

Question aménagement, nous sommes en train de choisir les entreprises avec qui nous aimerions travailler. C’est le cas pour la cuisine, pour les meubles de salle de bain, pour les escaliers, pour les peintures, pour l’électricité… On vous reparlera de tout ca quand ce sera définitifs.

-On attend le devis du plombier mais tous les éléments sont choisis. Ca nous a pris beaucoup de temps pour trouver, essayer, comparer, verifier les débits d’eau de tout cela mais ca ne devrait plus changer. Les appareils de plomberie à faible débit d’eau permettent assez facilement d’avoir des points LEED. Le prix de ces éléments n’est pas plus cher que les autres mais il faut les chercher. D’un coté ca nous a limité le choix. La baignoire a été aussi tout une affaire. Pas si simple de choisir une baignoire a la fois jolie, de la bonne taille, dans laquelle on est bien, dans laquelle on rentre à 2, à un prix raisonnable (en plomberie ca monte très, très vite, la plupart des baignoire en exposition dans les magasins sont au delà de 4000$), et on voulait du fabriquée au Québec… On a trouvé une compagnie Québécoise qui réunit nos critères (Sherlic, modèle QUAD6, 72 pouces pour nous, dans les 600$)

-Déborah fait un travail immense en cherchant des alternatives à certains matériaux habituels de construction dont on aimerai se passer dans nos rêves les plus fous. Je parle ici notamment du placo-platre ou plaque de gypse. On regarde actuellement pour remplacer certaines cloisons (prévue de manière standard en structure bois et couverture placo) par des blocs de chanvre couverts d’enduit à la chaux. C’est plus cher mais le rendu est très chaleureux et on a pas l’impression de maison en carton que l’on a avec les plaques de plâtres. De plus, cela a plein d avantage, phonique notament, mais aussi, dans la gestion de l’humidité, et c’est sain! A voir… car nous sommes effectivement dans une recherche de bons matériaux mais aussi de reduction globale drastique des coûts. Difficile de combiner ça. Peut être certaines pièces aurons droit a de beaux mur en chanvre… Coté peinture, c’est clair que l’on travaillera avec des produit naturels. Une boutique toute proche propose des peintures et enduits naturels ( TOCKAY ). On aimerai que notre maison puisse être l’occasion d’une formation sur chantier pour ce genre de produits. Déborah est dessus.

-Nous avons décider de ne pas aménager la chambre d’amis ainsi que le “mudroom” pour le moment. On préfère faire cela à l’usage et après la tourmente de la construction. De plus on aimerai aménager la chambre d’amis avec du mobilier recyclé et prendre le temps de lui donner l’ambiance chaleureuse qu’elle mérite pour vous y accueillir!

-Un gros morceau en cours est ce que l’on nomme “HVAC” pour Heating – Ventilating – Air Conditonning. On pensait que cela allait se résumer à une ventilation double flux avec récupérateur de chaleur (probablement Zehnder ComfoAir 200), un chauffe-eau électrique avec réservoir 80 gallons (environ 300L) et un sèche serviette électrique dans chaque salle de bain pour fournir le peu de chauffage dont on va avoir besoin et du confort en se déshabillant. Tout avait l’air simple pour moi… Quand soudain patatra… Lucie et Richard reviennent d’une formation PassivHaus notamment sur ce sujet particulier du HVAC et nous annonce que ca ne va pas être si simple. Quelques chiffres pour comprendre… La norme passivhaus a 3 exigences : Besoin en chauffage (et/ou climatisation) <15 kWh/m2/an – Test d’étancheité à 50 pascal <0,6 changement d’air par heure et consommation totale d’énergie primaire <120kWh/m2/an. C’est ce dernier qui pose problème. j’explique :

Prévu (en kWh/m2/an) avec nos appareils : chauffage 15 – Eau chaude 18 – électroménagers 19 – autres (lampes…) 3 = 55

Jusque là tout va bien car 55 c’est bien moins que 120. Mais ce qui compte ce n’est pas l’énergie consommée (ici 55) mais l’énergie primaire nécessaire à nous fournir ce fameux 55.  Et selon le type d’énergie utilisé il y a un facteur multiplicatif. Pour l’électricité ce facteur est 2,6 !!! Donc 55×2,6=143. En sachant que passer de 143 à 120 ne se fait pas juste en mettant des ampoules LED. L’énergie primaire est l’énergie disponible sur la terre utilisée pour produire l’énergie utilisable en question. Le 2,6 pour l’électricité signifie qu’il faut 2,6 unités d’énergie primaire (pétrole, charbon, hydroélectricité … ) pour qu’une unité d’énergie arrive dans la prise électrique chez vous. Donc 1,6 unité d’énergie est utilisé pour la production ou perdue dans le transport et le stockage.

Le facteur pour le gaz est 1,1 par exemple… (car presque directement utilisable dès son extraction et peu de perte dans le transport). Une reflexion de fond sur tout le système HVAC est en cours entre Richard, Lucie et un spécialiste HVAC pour choisir le système qui va permettre d’être en dessous de 120 tout en étant financièrement abordable, durable, local…

 

Flux d'énergie aux USA en 2002. On voit que pour obtenir 11,9 Quads d'énergie électrique il faut fournir 38,2 quad d'énergie primaire (ici nucleaire, hydro, charbon...). Pour info 1 quads vaut environ 300 milliards de kilowatt/heure
Flux d’énergie aux USA en 2002. On voit que pour obtenir 11,9 Quads d’énergie électrique il faut fournir 38,2 quad d’énergie primaire (ici nucleaire, hydro, charbon…). Pour info 1 quads vaut environ 300 milliards de kilowatt/heure

Probablement que la solution va se trouver dans les pompes à chaleur comme c’est le cas de beaucoup de maisons passives en Amérique du nord. L’intérêt d’une pompe a chaleur c’est qu’au lieu de produire de la chaleur avec l’électricité, elle transfert de la chaleur d’un endroit à un autre. Pour envoyer 1 unité de chaleur dans la maison elle utilise 2 à 3 fois moins d’électricité qu’un système de chauffage classique. Si un tel système nous permet de chauffer l’eau et l’air ce sera formidable. De superbes systèmes existent en Europe mais très peu ici. Je publierai un article dédié à la ventilation et au chauffage de l’eau et de l’air prochainement. A suivre…

Question formalités, le permis de construire est déposé à la mairie depuis 1 mois et demi environ… on attend. De toute manière le reste n’est pas encore tout a fait prêt. Il va falloir encore quelques semaines à nos concepteurs pour finaliser l’ensemble et que tout soit bien ficelé avant de démarrer.

Je vous rappelle au passage que vous pouvez vous inscrire au blog et recevoir par email les nouveaux articles!

A très bientôt et n’hésitez pas a commenter ou poser vos questions!

4 réponses

  1. Bernard
    | Répondre

    Pompe à chaleur qui inversement pourra rafraîchir l’été. Je crois qu’il s’agit d’un des pb des maisons passives.

    • Damien
      | Répondre

      Effectivement une pompe a chaleur air-air reversible standard permet de chauffer en hiver et de climatiser en été. Le coefficient de performance baisse drastiquement avec la temperature extérieure jusqu’a ne plus fonctionner du tout vers -10°c. Certaines pompes récentes fonctionnent jusqu’a -20°c, elles sont donc capable d’aller chercher de la chaleur dans de l’air à -20°c.
      La surchauffe en été est un problème important à prévoir avec attention dans les maisons très isolées comme les maisons passives. Beaucoup de maisons dites “passives” ont été construites mais mal réfléchies. Beaucoup de vitrages au sud donne de mauvais résultats. Cela donnent des maisons très “actives” ayant besoin de pas mal de climatisation en été (trop de gain énergétiques solaire) et beaucoup de chauffage en hiver (trop de pertes par les fenêtres, même bien isolées). Les grandes baies vitrés sur toute la maison ne veut pas dire maison passive, loin de la. Le marketing actuel a vite fait de vendre du soit disant “eco” et “green” sans vraiment savoir.

      Dans notre cas, une petite boucle géothermique de surface enterrée autour de la maison et combinée avec un échangeur de chaleur eau-air va permettre de conditionner l’air entrant dans la maison en le faisant se rapprocher de la température du sol (environ 4 à 10°). En hiver l’air va se réchauffer de -20°c à 2°c et en été l’air va se refroidir de 30°c à 10°c et permettre de fournir le peu de climatisation dont la maison aura besoin.
      Dès que tout cela sera définitif, je vous mettrai un article dédié à ce genre de système.

  2. Gabriel
    | Répondre

    Bonjour Damien!

    Je vous remercie de prendre le temps de bien documenter vos étapes dans ce très intéressant projet de maison passive. Je me demandais ou est-ce que vous aviez pris le facteur multiplicatif de 2.6 concernant l’électricité en énergie primaire? Si vous avez un lien quelque part je serais intéressé :). Merci!

    • Gabriel
      | Répondre

      Dsl Damien, je viens de me rendre compte que le tableau est en fait dans votre billet. Il semble que ce chiffre soit basé sur des chiffres américains parcontre avec une électricité qui semblent en grande partie provenir de charbon non? Je serais curieux de connaitre l’efficacité de notre hydro-électricité. 🙂

Répondre à Bernard Annuler la réponse